Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 00:15

Le gouvernement poursuit son œuvre d'élimination de tout ce qui résiste et de tout ce qui dérange.

 

Bien sûr on parle surtout en ce moment du grand spectacle. Á quelques jeunes politisés qui, somme toute, n'auraient fait qu'arracher 200 mètres de câbles appartenant à la SNCF, on applique ce droit d'exception et de médiatisation que constitue la législation antiterroriste. Le délit et sa mise en scène disproportionnée profitent au pouvoir, ce ne sont pas les « 9 de Tarnac » qui créent la terreur, mais bien le gouvernement qui nous terrorise médiatiquement par la mise en scène d'une « menace » « anarcho-autonome ».

Mais la criminalisation médiatique de ses opposants par le pouvoir est souvent plus terre à terre. Il faut être sensible aux petites routines pénalisantes du gouvernement, à sa répression quotidienne des mouvements sociaux et de tout ce qui dérange l'ordre sarkozien. Par exemple, le DAL vient de prendre 12 000 euros d'amende pour avoir «embarrassé la voie publique en y laissant des objets», en l'occurrence les tentes dans lesquelles campaient 374 familles sans logis ou mal-logées, lors du campement de la rue de la Banque à Paris. Les Don quichotte ont, quant à eux, été condamnés pour leur campement du quai Notre Dame à la confiscation des tentes constitutives de l'infraction. Le procureur, aux ordres du gouvernement, réclamait 32 000 euros d'amende pour le DAL et 1875 pour les Don Quichotte, les PV à l'origine de la procédure, avaient été dressés par la Préfecture, aux ordres du Ministère de l'Intérieur.
Ce jugement, malgré la procédure d'appel du DAL, fait pour le moment jurisprudence. Incidemment, tous les SDF installés dans la rue avec une tente, des cartons ou un sac de couchage pourront dorénavant se voir confisquer leur matériel et être puni par contravention (750 euros) pour avoir « embarrassé la voie publique en y déposant ou y laissant sans nécessité des matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage » (article R644-2 du code pénal). Il ne fait aucun doute que les mal-logés et les SDF « embarrassent » un gouvernement libéral qui ne peut envisager qu'une réponse pénale et individualisante à un problème social. Sarkozy vient de mettre 120 millions d'euro sur la table pour l'hébergement d'urgence me direz-vous. On comparera cette somme avec les 12 milliards annuels du bouclier fiscal et autres gâteries de la loi Tepa, distribuées aux plus riches. Pour rappel, on soulignera que le plan Borloo est un échec complet avec seulement 50% des objectifs atteints pour 9 milliards dépensés et plus de destructions de logements sociaux que de reconstructions.

Comparativement le sécuritaire se porte bien. On se souviendra qu'en janvier dernier, le gouvernement, dans son projet de loi « d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure » (sic.), voulait déjà créer un délit d'« occupation abusive et irrégulière du domaine public » et punir de 6 mois d'emprisonnement et 3750 euros d'amende « le fait de s'installer sur le domaine public en vue d'y établir une habitation, même temporaire » ; étaient alors visés les SDF avec leurs tentes, les Gens du voyage et ceux qui survivent dans des cabanes ou dans la centaine de bidonvilles apparus ces dernières années.
Enfin, la ministre Boutin envisage maintenant, à la demande de Sarkozy, d'héberger de force les SDF l'hiver. Les hommes et les femmes qui préfèrent la vie libre à l'entassement dans ces gourbis infâmes qu'on appelle centre d'hébergement d'urgence pourront peut-être bientôt être raflés et enfermés. Sans le savoir le gouvernement nous réinvente l'Hôpital Général dans lequel étaient enfermés les mendiants, les prostituées vénériennes, les malades mentaux et les vagabonds de 1656 à 1789 (à l'époque on les marquait aussi au fer rouge...).
Croyez-vous qu'il s'agit de les empêcher de mourir ? Non il s'agit juste d'empêcher que leur mort éventuelle n'émeuve la population. Il s'agit aussi de cacher la misère produite par la politique libérale du gouvernement.

La régression sociale appelle la répression sécuritaire. Il s'agit de produire une France lisse et propre, sans mouvement sociaux, sans contestation et sans SDF visibles ou audibles. Il s'agit de stigmatiser et de repousser au loin, au titre de la diversion sécuritaire (faire diversion car pendant ce temps les réformes de régression sociale continuent !), les boucs émissaires indispensables à un contexte actuel de frustration sociale : les travailleuses du sexe pourchassée pour racolage passif, les roms, les contre-manifestants chassés et contrôlés à chaque sommet ou déplacement ministériel, les sans papier, les malades mentaux dont on a fabriqué l'errance et la dangerosité en privant le secteur de la santé mentale de tous moyens financiers. En somme une politique d'inégalité a besoin, pour s'exercer, d'un renforcement des clivages sociaux, entretenus par des média aux ordres. Le régime a aussi besoin d'enfermer tout ce qui résiste, tout ce qui montre l'échec de sa politique, tout ce qui fait tache et dérange son ordre établi.


La chasse aux indésirables est ouverte et ceux qui nous gouvernent la mène en notre nom.

Christophe pour le collectif NRV

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe
commenter cet article

commentaires

Actu du collectif

   Sortie du premier numéro du fanzine du collectif NRV

Travail Social Perds Ton Sang Froid N°1

fanzine tsptsf num1 mini

 A prix libre version papier

et en téléchargement en pdf

Recherche

Soutiens

 

lieux-de-vie-partout3.png

Non à la fermeture de la ferme de vie du Bersac

 

 

__________________________

 

 soutien 3

 

Pétition Soutien à la CIP

 

Liens et Fanzines

  Premier numéro du fanzine du collectif NRV :

Travail Social Perds Ton Sang Froid N°1

fanzine-tsptsf-num1-mini.jpg

A prix libre et en téléchargement ici

 

 ________________________________

 

Journal Sans Remède  :

sansremede.fr/

 

N°01 :

sansremede-v2.jpg

    N°02 :

sans-remede-2.jpg

 

 

 

Docs à télécharger

huma-tournur-pronom-copie-1.jpg

Les tournures pronominales réfléchies :
indice langagier d’une idéologie néolibérale banalisée
Lien Huma 
_________________
Tract-retraites.jpg
Tract retraites par l'AG de formateurs  
en travail social,
travailleurs sociaux en poste, ou non 
_________________
flyer-zone-gratuite-v1-mini-copie-1.jpg
19/20 Juin 2010 : Zone de Gratuité
à Anis Gras dans le cadre du
WE Travail Social et Engagements 3 : 
Action Sociale: Gestiopathie du contrôle  
_________________      
les 70 propositions du
Rapprot Varinard
_________________
Article L'Humanité du 16 Février 2009
sur l'inauguration de la Place Hortefeux
_________________
Tract NON à la délation
_________________

Débat autour de la question
des rapports sociauxde sexe dans le
travail social par Tomas Guenichon
________________



Liens